Education Positive : les DANGERS d'un enfant (trop) parfait - Petit Pousse

Education positive : les dangers d’un enfant (trop) parfait

L’enfant fait ses devoirs à temps, il écrit bien, fait son lit et garde sa chambre rangée. Timide parfois, il aide ses parents et s’amuse tout seul. Etant donné qu’il ne pose aucun problème sur le moment, nous avons tous tendance à dire qu’il s’agit d’un enfant parfait.

Il n’est pas concerné par les problèmes des autres enfants : il ne fait pas le clown en classe, ne dessine pas sur les murs et ne frappe pas sa soeur.

Mais faut-il le prendre comme modèle de perfection ? N’y a-t-il rien à améliorer avec ce genre d’enfant ? C’est ce que nous allons voir dans ce nouvel article.

Education positive : les dangers d’un (trop) bon enfant :

En réalité, si cet enfant semble idéal, c’est qu’il fait précisément tout ce qu’on attend de lui. Et c’est précisément ça le problème.

Ces enfants ont un besoin excessif de se conformer et de faire ce qu’on attend d’eux. Et leurs futures difficultés viendront de ce besoin.

Pour un bon garçon, il est impossible de faire autre chose, il n’y a pas d’autres options. Etre bon est une nécessité et non un choix.

Il accepte d’aider sa mère, qui prétend ne pouvoir rien faire d’autre que regarder la télé, ou bien il n’ose pas se rebeller face à un adulte violent. En étant vraiment bon avec les autres, il recherche la validation et leur intérêt.

En réprimant ses émotions, l’enfant semble gentil et obéissant. Mais à long terme, cela peut causer de graves difficultés.
Une gentillesse excessive ou une éducation trop parfaite devrait envoyer un signe aux parents.

Si vous vous sentez concerné, ne paniquez pas, c’est un problème comme un autre qui peut être traité. La véritable education positive ne cherche pas la perfection, l’enfant peut (et doit) faire des erreurs, tant qu’elles lui permettent de s’améliorer et de progresser.

Les bons enfants finissent par conserver trop de secrets et deviennent de très mauvais communicants. Leurs mots sont doux, agréables, choisis pour satisfaire les attentes des autres. Mais ils ne représentent pas ce qu’ils pensent, ni leurs besoins.

Si l’enfant ne trouve pas le moyen de s’exprimer et de montrer son désaccord, il peut développer des pathologies et exploser sans prévenir.

Toute cette énergie négative accumulée doit forcément sortir un jour où l’autre. A travers les émotions, le corps ou le langage.

Le problème d’un (trop) bon enfant est donc qu’il n’a personne avec qui exprimer son mécontentement et qui peut tolérer sa douleur. Cela peut arriver lorsque les parents cherchent la perfection et n’acceptent aucune dérogation aux règles.

L’enfant doit aussi pouvoir exprimer ses penchants « négatifs » : la gourmandise, l’envie, l’amusement, les bêtises …

Si ce besoin de conformité ne s’apaise pas, cela peut causer d’autres problèmes une fois adule, notamment par rapport aux relations sexuelles. Il pourra se sentir mal, ou réprimer ses envies car cela est en contradiction avec ce à quoi on l’a habitué.

C’est pour cette raison que les étiquettes positives (« Tu es bon en maths », « Tu es sportif », « Tu dois avoir de bonnes notes » … ») peuvent s’avérer aussi dangereuses que les négatives (« Ton frère fait mieux », « Tu devrais avoir de meilleures notes », « Tu es nul », « Bon à rien » …).

Car les enfants sont des éponges, ils auront tendance à adhérer à ces étiquettes. Mais lorsqu’ils ne pourront plus s’y conformer, ils en souffriront (« J’aurais du avoir une meilleure note en maths », « Je suis nul, j’ai perdu ce match » …).

Au travail, le bon adulte a aussi des soucis, enfant, il avait l’habitude de toujours suivre les règles, mais cette attitude ne le mènera pas très loin. Tout ce qui en vaut la peine demande un minimum d’opposition : obtenir une augmentation, demander un nouveau job, entreprendre …

Education positive : un « bon » enfant qui ne plait pas à tout le monde

La première chose à faire en tant que parent est de faire le deuil de l’enfant parfait et exceptionnel. C’est incroyable, certains parents se raccrochent tellement à cette image de la perfection qu’ils mettent une pression énorme sur l’enfant.

Ensuite, amenez votre enfant à apprécier les différences de chacun sans se comparer. Expliquez-lui que personne n’est meilleur qu’un autre, nous sommes juste tous différents, avec nos forces et nos faiblesses.

Le point de vu de l’un, n’est pas celui des autres. Si votre enfant est critiqué, dites lui que le plus important, c’est d’essayer. La seule façon d’éviter les remarques, c’est de ne jamais rien tenter. Autrement dit, rester enfermé dans sa chambre et ne rien faire.

Ne blâmez pas un enfant qui fait des erreurs ou qui connait des échecs. Demandez vous avec lui ce qui peut être amélioré, ce qui a été bien fait, ce qui sera fait différemment. C’est ainsi qu’il pourra développer une solide confiance en lui et le courage de faire ses propres choix.

Cet article vous a plu ? Découvrez nos meilleurs conseils et méthodes d’éducation (vraiment) positive :

Mots-clés associés : éducation positive – pratiquer l’éducation positive – enfant parfait – développer la confiance et l’estime de son enfant

Commentaires :

Votre petit bout manque
de confiance ou se dévalorise ? 😥

Découvrez maintenant 4 vidéos inédites
pour développer la confiance et le bien-être
de votre enfant en 10/min par jour :
- 3 activités pour booster sa confiance et son estime
- Utiliser une communication bienveillante
- Comprendre ses émotions pour retrouver le calme
- 4 comportements néfastes à éviter (les faites-vous ?)
- Eduquer un enfant heureux et réussi
Oui, je veux développer la confiance et le bien-être de mon enfant (Déjà 4 356 participants)
close-link