Comment aider et accompagner un adolescent dys ou dyslexique

Les troubles spécifiques des apprentissages, communément appelés troubles dys, sont un ensemble de difficultés rencontrées au quotidien, et particulièrement dans le milieu scolaire.

Ceux-ci seraient généralement de cause génétique ou dues à des causes diverses prénatales. Très souvent, dès que le diagnostic est établi, de nombreux parents se sentent alors rongés par un sentiment d’impuissance, coupable de ne pas l’avoir détecté plus tôt. Et bien souvent, même après l’avoir découvert, les parents ne savent pas comment aider et accompagner un adolescent dys.

Vous découvrirez dans cet article les symptômes de ces troubles pour pouvoir les déceler au plus vite, et savoir comment accompagner et aider un ado dys/dyslexique.

Comment aider et accompagner un adolescent dys / dyslexique ?

Les troubles dys, késako ?

Ce sont un regroupement de handicaps invisibles au premier abord, qui sont aussi appelés troubles spécifiques des apprentissages car chaque trouble touche une fonction cérébrale très spécifique.

Chacune de ces fonctions étant liée aux autres, les répercussions sont multiples : il y a la dyslexie (trouble de la lecture), la dyspraxie (trouble de l’habillage, de perception de son environnement, de la parole…), la dyscalculie (trouble lors du calcul et de la manipulation de chiffres), la dysphasie (trouble du langage) et enfin le syndrome dysexécutif (trouble de la mémoire de travail).

En parallèle, il existe une autre catégorie, qu’on appelle les troubles associés, qui regroupe les troubles déficients de l’attention et de l’hyperactivité (ou TDA/H).

Dans 80% du temps, un trouble dys est malheureusement accompagné d’un de ces troubles associés et pour environ la moitié des personnes touchées par un trouble dys, il existerait un autre trouble dys associé.

Seuls des professionnels peuvent rechercher ces « comorbidités » car les prises en charge et les aménagements seront complémentaires. Pour les enfants et adolescents avec le diagnostic médical TDA/H, un traitement médicamenteux peut être proposé, à base de méthylphénidate (délivrance réglementée en France, par un médecin neuropédiatre ou pédopsychiatre).

Fort heureusement, tout ces problèmes se travaillent et peuvent ainsi s’améliorer en grandissant.

Pour savoir si votre enfant est atteint d’un des ces troubles, il vous faudra consulter un orthophoniste et un neuropédiatre afin d’obtenir le diagnostic complet.

Un neuropsychologue, un ergothérapeute, un orthoptiste ou un psychomotricien peuvent également avoir leur rôle à jouer pour dépister toutes anomalies dans des domaines plus précis, comme la motricité, la vision ou même la personnalité.

Malheureusement, aucun des traitements existants à ce jour ne peut soigner totalement et définitivement ces troubles.

Mais soyez rassurés, de nombreuses thérapies peuvent soulager l’enfant ou l’adolescent et lui permettre de vivre plus facilement avec son handicap. L’orthophoniste pourra conseiller des séances de rééducation centrée sur l’amélioration de l’attention, sur la motricité, sur l’écriture …

La musicothérapie et la psychomotricité peuvent également aider.

Mais au delà de tout cela, des prises en charge supplémentaires telle que de la psychothérapie peuvent devenir indispensables pour palier au manque d’estime de soi couramment développé lorsqu’on est atteint de troubles dys.

Comment repérer un adolescent dyslexique ou dys ?

Tous ces troubles de l’apprentissage, bien que différents, présentent tous plus ou moins les mêmes caractéristiques. Vous retrouverez ci-dessous les symptômes de la plupart des troubles afin de détecter au plus vite les adolescents dyslexique/dys pour leur offrir l’aide la plus adaptée.

La dyslexie est le plus connu et le plus répandu de ces troubles.

Cette dernière se caractérise principalement par des difficultés rencontrées lors de l’apprentissage de la lecture, mais les adolescents dyslexiques rencontre en fait un tas d’autres problèmes au quotidien.

La dyslexie étant souvent accompagnée de dysorthographie, les adolescents touchés éprouvent des difficultés d’écriture, de coordination et bien évidemment de lecture.

Par exemple, il leur est presque impossible de lire sans une règle sous peine de perdre le fil, et ce à tout âge, ils ont également besoin de relire un texte plusieurs fois pour en saisir réellement le sens. Se souvenir de l’orthographe des mots est très dur, tout comme la reconnaissance des syllabes et des sons.

Malgré tout, l’écriture d’un dyslexique est souvent illisible et ce dernier s’y fatigue très vite.

Enfin, lire l’heure, s’orienter, se souvenir de l’alphabet ou d’un numéro de téléphone est généralement compliqué pour un adolescent dyslexique car il souffre de problèmes d’attention et d’organisation.

Vient ensuite la dyspraxie, qui peut prendre plusieurs formes.

Les mouvements un minimum complexes de la vie quotidienne, comme s’habiller, rattraper une balle, faire ses lacets ou
même fermer ses boutons sont dans certains cas presque impossibles à effectuer. Elles nécessitent donc une assistance car la motricité des dyspraxiques est parfois drastiquement réduite.

L’organisation est un autre point faible d’une personne atteinte de dyspraxie : un simple planning peut lui paraître très vite surchargé et être source de stress. Il est probable qu’elle se perde dans le système de chapitres, de séquences et de leçons qu’on retrouve au collège.

Les penses-bêtes lui sont alors indispensables. Comme son écoute et sa concentration sont limitées, l’adolescent est facilement distrait, ce qui peut être très gênant lorsqu’il s’agit de suivre un cours dans une classe bruyante par exemple (ce qui est souvent le cas au collège !).

Il y a également la dysgraphie, qui relève quant à elle du domaine de l’écriture puisque les personnes touchées rencontrent des difficulté lors de la manipulation (du stylo, de matériels…) et lors de l’écriture (les dimensions, la formation et l’espace entre les lettres).

Comme pour d’autres troubles, les individus atteints de dysgraphie ont besoin de temps pour lire et pour faire des schémas, étant donné qu’ils éprouvent un mal fou à organiser leurs pensées ; des check-list, des mots-clés et des supports visuels leurs sont donc très utiles.

Enfin, le dernier trouble que je vais aborder est la dyscalculie, qui touche, comme son nom l’indique, au domaine des mathématiques. En effet, les dyscalculiques sont obligés de lutter pour comprendre les concepts de temps, d’heures, de chronologie historique…

De plus, la manipulation d’argent et le simple fait de rendre la monnaie s’avère souvent difficile puisqu’il se mélange dans ces calculs. Par exemple, il ne peux pas compter par deux ou par trois, oublie des étapes intermédiaires, classe les chiffres dans un mauvais ordre.

Se souvenir d’un numéro de téléphone relève souvent du domaine de l’impossible car il oublie très régulièrement ses connaissances, ce qui cause de nombreux problèmes dans le milieu scolaire.

Comment accompagner un adolescent dys ou dyslexique ?

A la maison, il faut également être très vigilant. Bien sûr, des mesures d’hygiène de vie telles qu’un sommeil suffisant et une alimentation variée sont préconisées. Ces mesures sont même indispensables pour tout activité cérébrale chez une personne normale, alors imaginez chez les personnes dys !

Être atteint d’un trouble de l’apprentissage peut avoir un gros impact sur le plan psychologique d’un adolescent, c’est un point à ne surtout pas négliger. En effet, une simple action comme lire à voie haute devant toute la classe peut être une grosse source d’anxiété et de stress, qui peut très vite altérer l’estime et la confiance en soi d’un ado.

Pour l’aider dans sa démarche d’acceptation de son handicap, la méthode la plus efficace est comme toujours la discussion. Les parents doivent établir une bonne communication, puis essayer de comprendre ce qu’il ressent pour ensuite pouvoir lui fournir l’aide adaptée.

Surtout, faites très attention à ne pas lui faire de remarques qui pourrait le blesser encore plus !

C’est très important, car la peur constante du regard des autres et celle de ne pas être à la hauteur peut amener directement à une dépression à l’âge adulte. Son bien-être à long terme est donc directement affecté par sa capacité à gérer ces difficultés, d’autant plus que les dys sont généralement hypersensibles.

Il est d’autant plus essentiel que les parents traitent l’adolescent comme une personne normale et le laissent avoir accès aux activités qu’il a envie de pratiquer, même s’ils pensent au premier abord qu’il n’est pas capable de les exercer.

Gardez à l’esprit que le théâtre, le sport ou encore la musique peuvent aider l’adolescent dys à réduire les symptômes des troubles en favorisant la pratique de la lecture, l’extériorisation des sentiments, le développement social et plus important que tout, son épanouissement personnel !

La scolarité d’un adolescent dys est souvent chaotique et compliquée. Néanmoins, il existe de nombreux aménagement spécialisés qui peuvent la simplifier énormément.

Par exemple, un ordinateur et des clés USB peuvent lui être attribués afin qu’il note ses cours, un tiers-temps donné lors des examens et ces derniers peuvent même être au format numérique. Pour obtenir cela, il faut entamer une procédure auprès de votre MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) qui vous fournira un ordinateur et les logiciels nécessaires.

Pour bénéficier de l’aide d’un AESH (personne pouvant notamment aider à l’accompagnement, à la socialisation et à la sécurité d’une personne dys) et d’aménagement particuliers, un dossier PPS (Plan Personnalisé de Scolarisation) devra être également monté.

Bien sûr, en parler aux professeurs, au proviseur ou même à la psy du collège est indispensable pour qu’ils se montrent compréhensifs envers l’enfant.

Les enseignants seront ainsi plus aptes à se renseigner sur le sujet et à entretenir un comportement tolérant et bienveillant envers l’adolescent dys.

Merci à tous d’avoir lu cet article jusqu’au bout. Pour découvrir toutes nos astuces et conseils pour gérer votre ado, pensez à télécharger le KIT juste ici :

Mots-clés associés à l’article : ado dys – adolescent dys – enfant dyslexique – adolescent dyslexique que faire – solution ado dyslexique

Semons des graines positives :
Albain - L'éducateur Bienveillant
 

Bonjour, ici Albain, le fondateur de Petit Pousse. Ayant souffert d'un manque de confiance en moi et d'hypersensibilité durant l'enfance, ma mission aujourd'hui est simple : offrir un max de confiance et de sérénité aux Petites Pousses en difficulté ! Ah, et je suis fan de cookies et amoureux de voyage ;)